Joomla Template by Create a Website

L'Association

logo

 

Orc’idée c’est : une convention de jeux de simulation qui a traditionnellement lieu un week-end par année fin mars - début avril à Lausanne. La convention existe depuis 1992 et a eu lieu entre 1995 et 2013 à l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne), dans les locaux du cabaret-bar des étudiants Satellite et dans les cafétérias de l’Atlantide, du Parmentier et du Vinci. En 2014, la 20ème édition s'est tenue à La Tour-de-Peilz, en collaboration avec le Musée suisse du jeu. En 2015, Orc'idée est revenue à l'EPFL, mais dans les salles de cours du bâtiment CM (sous les cafétérias des anciennes éditions).

Orc’idée c’est : 30 heures de jeu sur 2 jours, près de 500 participants chaque année, plus ou moins 10 orgas et surtout la plus grande convention de Suisse Romande dédiée prioritairement au jeu de rôle.

Orc’idée c’est : des jeux de rôles, sur table ou grandeur nature, des jeux de plateau, parfois un tournoi de jeux de cartes et un Clay-O-Rama, des animations et des conférences le samedi, que ce soit autour du GN ou du JdR, la possibilité de rencontrer des associations, des éditeurs, de remplir votre armoire avec de nouveaux jeux, de vous déguiser... et plus encore!

 

Orc’idée, c’est aussi l’association à but non lucratif du même nom qui se charge chaque année d’organiser la convention. Entièrement composé de bénévoles, le comité compte une dizaine de personnes qui œuvrent pour rendre la convention possible et autant d’aides qui nous rejoignent lors de la convention elle-même. Nous sommes tous des passionnés de jeux, qu’ils se jouent costumés, avec un plateau ou une fiche de personnage, et nous sommes toujours à la recherche d’autres passionnés pour nous aider. Si vous êtes intéressés à rejoindre l'organisation, n'hésitez pas à nous contacter via le formulaire de contact.

 

Le comité

 

 

          
 

Quand as-tu rejoint l’association Orc’idée?

A l’été 2010.

Quand et comment es-tu entré dans le monde du jeu?

A 12 ans, durant un camp scolaire. Un pote avait une boîte d’initiation d’ADD 2ème édition, on a passé deux ou trois soirs à explorer un vieux manoir pour chasser un fantôme. Un peu plus tard, on lui a demandé la suite, et c’était parti pour une longue aventure.

Quel est ton JDR préféré? Et ton JDP?

Apocalypse World. C’est un jeu qui a révolutionné ma façon de maîtriser. Il y a des outils incroyables dedans pour aider à l’improvisation, à la gestion du rythme, à la création du monde… et il laisse une liberté totale aux joueurs d’aller où ils veulent. Chaque fois que j’y joue, je suis impressionné par la facilité avec laquelle le système génère de l’histoire tout seul, mais toujours de manière intéressante.

Côté JDP, probablement Twilight Imperium sur lequel j’ai passé quelques dizaines d’heures.

Et en version ADD, qui es-tu?

Un mage, sans hésiter. Enchanteur ou illusionniste. Probablement humain, chaotique bon. Le plus inutile possible, j’ai une réputation à défendre à ce niveau. Ou j’avais, puisque ça fait quelques années que je n’ai pas retouché à D&D.

Ta race de prédilection, tous univers confondus?

Les hobbits, version Terre du Milieu. Bilbo Baggins qui se lève le matin avec pour seule perspective de faire un gâteau, se promener et lire un livre au coin du feu en faisant des ronds de fumée, ça me parle.

Ton personnage le plus mémorable?

Lord Dawan, un dandy britannique tragiquement décédé lorsqu’il a chargé Nyarlathotep en hurlant “pour George V”!

Ta partie de JDP la plus mémorable?

Une partie de Twilight Imperium remportée à un cheveu près, après plus de 8h de jeu.

Ton édition d’Orc’idée préférée?

L’édition Western, en 2013. Cette année-là, Audrée, Alias et moi avons lancé un projet qui nous tenait à coeur, avec les cycles de conférences JDR’idée. Une belle occasion de réfléchir un peu à la pratique de notre loisir et d’écouter des conférenciers fantastiques. Ça a été beaucoup de travail à organiser, mais l’expérience en valait la peine. On a d’ailleurs continué en 2014, et on remet le couvert en 2015.

Et à part les jeux?

La musique, puisque je fais de la harpe depuis plus longtemps que je ne fais du JDR. La lecture également, et une dose de jeux vidéos et de films pour compléter.

Un mot pour la postérité?

Orc’idée c’est bon, mangez-en.

  
     

Quand as-tu rejoint l’association Orc’idée?

En janvier 2011

Quand et comment es-tu entré dans le monde du jeu?

J’ai toujours adoré jouer, et j’ai beaucoup lu de Livre dont vous êtes le Héros. Je fais aussi partie de la génération à avoir découvert le JDR sur les tchats de Caramail. Je jouais énormément le soir sur internet. Malheureusement, mon statut de fille ne me permettait pas de jouer sur table, car les quelques rôlistes que je connaissais avaient bien trop peur des filles pour me laisser jouer avec eux. J’ai dû attendre d’avoir 18 ans pour enfin trouver un groupe qui était d’accord d’accueillir une fille dans ses rang.

Quel est ton JDR préféré? Et ton JDP?

C’est difficile à dire. J’adore L5R 3ème édition ( je n’ai pas encore joué à la 4e), sinon dans un autre genre, j’aime beaucoup INS/MV. J’ai aussi un petit faible pour Little Fears. Côté jeu de plateau, c’est encore plus difficile. Mon jeu préféré est sans doute Terry Mystica, mais le jeu auquel je joue le plus est Small World, car il est accessible aux non-joueurs.

Et en version ADD, qui es-tu?

D’après les nombreux tests qui circulent sur le net, je suis une demi-elfe druide neutre absolu. D’après Audrée, du comité, je suis une halfeline roublarde avec un malus en "rester tranquille". Je pense être un mélange des deux: halfeline druide neutre avec un malus en “rester tranquille” mais un bonus en “multi-tâche”.

Ta race de prédilection, tous univers confondus?

Les Kenders! Je pense que si j’étais né dans l’univers de Krynn, je serais née Kender.

Ton personnage le plus mémorable?

Periop, un halfelin que j’ai joué à Warhammer. Il était sincèrement persuadé d’être un grand héros et un grand guerrier, alors que c’était un vrai bras-cassé. Heureusement, il était utile pour détecter les pièges, volontairement ou pas.

Sinon, je pense qu’Arashi, ma vierge de bataille dans L5R, aura toujours une place particulière dans mon cœur. Elle avait le malus “incapable de mentir”, un désavantage de taille de cet univers, ce qui m’a valu de trouver de longues périphrases et de faire de longs  détours pour éviter de dire ce que je devais taire.

Ta partie de JPD la plus mémorable?

Une partie de Pix un 31 décembre (ou était-ce déjà 1er?). On était tous pompettes et la première chose qu’on voyait dans chaque image, c’était une bite…

Plutôt MJ ou PJ ?

Plutôt PJ. J’ai dans mon groupe de très bons MJs avec lesquels il est difficile de rivaliser. Mais je me suis remise à masteriser l'année passé et je crois que je me débrouille pas trop mal.

Ton édition d’Orc’idée préférée?

En tant que joueuse, je pense que c’était l’édition “Tentacule”, en 2010. En tant qu’Orga, j’hésite en “Trop Meugnon” en 2012 et “Orci’town” en 2013.

Et à part les jeux?

Je fais beaucoup de couture, un peu de pâtisserie. J’écris un peu, je lis beaucoup. Sinon je passe pas mal de mon temps à servir mes deux maîtres à m’occuper de mes deux chats et de mon mari. Si on enlève le jeu, il ne reste plus grand chose en fait, vu que je bosse aussi dans le monde du jeu...

Un mot pour la postérité?

Ornithorynque… C’est un joli mot, ça, ornithorynque!


 

        
   

 

Quand as-tu rejoint l’association Orc’idée?

En 2009

Quand et comment es-tu entré dans le monde du jeu?

Il y a longtemps, par une fenêtre du deuxième étage. Mon père voulais faire du JDR. On lui a offerts les manuels de D&D. Finalement les manuels sont sur le point de tomber en morceaux à force d’avoir été utilisés, juste… pas par mon père.

Quel est ton JDR préféré? Et ton JDP?

Le Monde des ténèbres a été le jeu qui m’a fait réaliser qu’on peut avoir peur pendant une partie de jeu et aussi qu’on peut passer toute la partie sans lancer de dé sans gâcher l’expérience de jeu. Et Secrets of Zir’an et Château Falkentstein m’ont appris que tant que les joueurs s’amusent, ils peuvent bien jouer des demi-vampire mage de feu qui sont les grands méchants de l’histoire mais font semblant d’être du côté des gentils.

Betrayal at the House on the Hill est mon jeu de plateau préféré car il est pratiquement rejouable à l’infini.

Et en version ADD, qui es-tu?

Un paladin loyal bon qui sert le bonheur général et l’abolition des conflits.

Ta race de prédilection, tous univers confondus?

Franchement? Humain. J’aime bien les humains.

Ton personnage le plus mémorable?

Err… Fifine? Fine lame, beau gosse, casé avec Georgette (grande, costaude, bûcherone, faut pas la contrarier…)

Ton édition d’Orc’idée préférée?

Trop Meugnon!

Et à part les jeux?

Lire, écrire, crocheter, regarder des films, coudre, plier, jouer de la flûte, coller, broder, cartonner, étudier… on s’occupe comme on peut quoi.

Un mot pour la postérité?

Backpfeifengesicht un mot merveilleux, dommage qu’on ne l’aie pas en français, je vous laisse le soin d’aller chercher ce que ça veut dire.

Plutôt MJ ou PJ ?

J’aime mieux meujeuter que jouer.


 

 

 

 
 

 

Quand as-tu rejoint l’association Orc’idée?

En fait, je suis parmi les membres fondateurs de l’association au sens des articles 60 et suivants du Code civil. C’était en 1994 et j’en fus le premier secrétaire...

Quand et comment es-tu entré dans le monde du jeu?

Le jeu, dès l’enfance, forcément. Le jeu de société, en famille. Il y eut ensuite les livres dont vous êtes le héros, quand j’avais 11 ans, grâce à un voisin, avec qui je découvris l’Oeil noir et Maléfices, mais à dose homéopathique. Il y eut ensuite le Musée du jeu et ses initiations au jeu de rôle menées par les membres de l’Ombre du dé, club lausannois défunt (j’y ai découvert Paranoïa et Star Wars). Avant d’entrer dans un club à Montreux à 17 ans, La Geste ludique, qui fonctionne encore comme groupe d’amis multicampagnes. Et qui a ses deux conventions internes annuelles!

Quel est ton JDR préféré? Et ton JDP?

Hawkmoon, pour le nombre de parties joués, l’ambiance apportée par notre MJ attitré, et l’univers mêlant science décalée et Renaissance. En plus dans une Europe uchronique. Et Stormbringer/Elric. Car c’est le jeu que j’ai incarné pendant près de 20 ans comme MJ.

Quant aux jeux de plateau, c’est comme les films: une centaine me viennent aisément à l’esprit, selon l’humeur et la configuration. Je citerai notamment Deus (de mon cousin...), Metropolys, Jaipur, Res publica romana, Puerto Rico, L’année du dragon, Tigre et Euphrate, Villes et chevaliers (extension Catane), Le Seigneur des anneaux (La Confrontation), Sobek… sans oublier Path of Glory (mais c’est un wargame!).

Et en version ADD, qui es-tu?

Un magicien. Neutre évidemment.

Ta race de prédilection, tous univers confondus?

Demi-elfe, pour prendre les soucis des deux...comme les bénéfices. Et à cause du Seigneur des anneaux.

Ton personnage le plus mémorable?

Darl Reyliam, connétable serpent renégat engagé dans une lutte sans merci contre l’emprise grandissante de ses anciens compatriotes autant que contre ses propres tendances ataviques.

Univers de Hawkmoon,évidemment.

Ta partie de JDP la plus mémorable?

Il y en a tant! Celles où le destin bascule au dernier moment, où un plan longuement mûri déploie enfin ses effets. Où celles des plus gros fumbles, raisonnements foireux ou bluffs éventés. Sans oublier de nombreuses parties ludiques dans le sens le plus drôle du terme.

Plutôt MJ ou PJ ?

Longtemps les deux. Mais désormais PJ.

Ton édition d’Orc’idée préférée?

J’ai bien aimé celle de 2000, la seule fois où j’ai pu faire deux parties de jeu de rôle, qui étaient toutes deux très bonnes. Ou celle de 2005, avec un multitournois de jeux de plateau. En tant qu’orgas, la réussite d’une édition n’est pas fondée sur les mêmes critères que pour les joueurs. J’ai bien aimé la 20ème à La Tour-de-Peilz, parce que le cadre et les repères étaient différents. Tout comme 2015, notre retour à l’EPFL, mais un peu différemment.

Et à part les jeux?

Un peu de lecture, des films. Un tantinet de politique. Pas beaucoup de sport. Et pas mal de méta-professionnel...

Un mot pour la postérité?

Orc’idée forever, évidemment.

 

 

 

 

Nous vous invitons également à faire un tour sur notre page Facebook!